La photographie : à mi-chemin entre l’art et la profession

La photographie fait partie de ces professions qui mettent l’art au service de l’entreprise. Le photographe a la lourde tâche de sublimer les produits et l’image de marque d’une société. Marquer le spectateur, le visuel est une arme redoutable en marketing.

Ce n’est pas un hasard si des sociétés comme Apple ou Nike injectent chaque année plusieurs centaines de millions de dollars en publicités sophistiquées.
Mais la photo n’est pas le seul format plébiscité par les sociétés. Les photographes sont désormais en concurrence directe avec la vidéo : Internet a rendu possible la diffusion de spots vidéo pour les entreprises de toute taille.
Mieux, les réseaux sociaux permettent à certaines campagnes de devenir virales pour quelques milliers d’euros d’investissement (parfois même gratuitement).
En dépit de la montée en puissance de la vidéo, la photographe conserve toujours une place de choix.
L’un des gros avantages de la photo, c’est le print ! Les magazines et catalogues ont un besoin accru en images de grande qualité.

Un métier d’art

La photographie suppose un processus créatif et souvent personnel avec tout ce que cela implique.
Mircea Oarda exerce le métier de photographe à Lyon depuis déjà 10 ans. Il explique :
« Au-delà des capacités techniques et des connaissances théoriques, le photographe peut être amené à insuffler une vision, une substance selon les projets et demandes des clients.
Ce n’est pas toujours évident car un photographe a forcément sa propre façon de voir et concevoir les choses.
Parfois, pour ne pas dire souvent, les clients se montrent hésitant à assumer certains choix. Je ne me définis pas comme un photographe mais plus comme un directeur artistique. Et forcément, ma vision n’est pas toujours en adéquation avec celle du client. »

Le rapport à l’œuvre

C’est quelque chose de très révélateur et qui pose une question plus grande : De quelle manière, les « professions artistiques » influencent la perception des œuvres ?
Nos attentes et préférences en tant que spectateur se définissent-elles par les créations publicitaires que nous subissions au quotidien, et si oui, dans quelle mesure ?

Le web est en constante évolution et l’économie se digitalise à très grande vitesse. La création de contenu est désormais au cœur de la stratégie des marques et la compétition devient rude. Pour se démarquer, il faut désormais proposer aux internautes et visiteurs des visuels de grande qualité. Cette émulation suscite notre intérêt de spectateurs et nous habitue à une production « artistique de masse ».
Le métier de photographe est amené à se transformer, à se diriger vers une photo plus pointue et plus exigeante.
Plus que des photos de produits ou du packshot, la profession de photographe va devoir se mettre au service de l’image de marquée diffusée en masse sur les réseaux sociaux et les sites internet toujours plus gourmands en matière de contenu.
A mi-chemin entre l’émulation des nouvelles technologies et des nouvelles techniques, la photographie risque d’embrasse le virage de numérique et de s’imposer une profession au service de l’art et non plus l’inverse.

La photographie : à mi-chemin entre l’art et la profession
5 1 vote

Laisser un commentaire